Gènes, mnème, entendement, connaissance, mémoire, personne, compréhension, savoir, sapience et science

De appel a l'aide, les amis !
Aller à : navigation, rechercher


La gradation depuis le génome, entre mnème, entendement, connaissance, personne, mémoire, compréhension, savoir, sapience et science parait fondamentale à la perception de toute étude, modélisation, simulation, prestation, etc. quant à la cognition et la coadjuvance naturelle et numérique, d'autant que la langue anglaise, la plus souvent utilisée dans les documents et perférents de recherche, semble manquer d'un mot pour le niveau clé, le plus savoureux à considérer, celui du "savoir".

Une difficulté augmentée par la différence de sens quant au mot "global" ...

clic&comenvoyer un e-mail au primauteur 



Par définition, une donnée est un élément brut, qui n’a pas encore été interprétée en son contexte actuel, ou intelligée c'est à dire mise en un contexte originel.

Et c’est là toute la différence entre une information et une donnée. En effet, une information est par définition une donnée interprétée, une intellition une information abduictivement intelligée. En d’autres termes, la mise en contexte d’une donnée crée de la valeur ajoutée pour constituer une information, puis la possibilité d'une intellition.

On peut considérer la connaissance comme une information entendue ou une intellition crédible, c’est-à-dire assimilée, comprise ou accptée, c'est à dire utilisable en vue d'aboutir à une action.

  • La connaissance factuelle : c'est la connaissance de l'entendement. Les faits rapportés sont compris en tant que faits, mais leurs causes n'ont pas été analysées.
  • La connaissance tacite : c’est la connaissance que possèdent les individus. Elle n’est pas formalisée et difficilement transmissible. Ce sont les compétences, les expériences, l’intuition, les secrets de métiers, les tours de main qu’un individu a acquis et partagé lors d’échanges internes et externes à l’entreprise. La connaissance tacite se transmet par imitation et imprégnation. On le sait sans le savoir formellement. On met en œuvre des pratiques sans vraiment s’en rendre compte.
  • La connaissance explicite : C’est la connaissance formalisée en tant que savoirs et transmissible sous forme de documents réutilisables. Ce sont les informations concernant les processus, les projets, les clients, les fournisseurs, etc. La connaissance explicite se transmet par des documents formalisés et normalisés.

L’utilisation des connaissances dans le contexte d’activité s’appelle du savoir-faire ou des compétences. La conceptualisation de ces savoir-faire et compétences et l’expérience de ces situations de travail forment ce que l’on appelle l’expertise.

Qu’est-ce qu’un expert ? L’expertise consiste non pas à énoncer des vérités mais à mesurer des écarts par rapport à des normes conventionnellement admises.

La sédimentation et l'attrition des traces de son passé et la somme des savoirs acquis par la formation et l'expérience d'une personne va se consolider en sa sapience qui, pour lui, va asseoir son cadre de référence et, pour autrui, contribuer à la compilation de sapience tierces et à celui du paradigme scientifique.