Juriciels

De appel a l'aide, les amis !
Aller à : navigation, rechercher


Au IVème siècle avant Jésus-Christ, Aristote a décrit l'homme comme un animal social régi par le droit et conduit par l'art politique, aux termes de la science politique qu'est architectonique (la discipline des principes premiers).

Une machine (du latin machina, du grec mêkhanê, "machine ; invention, machination") et un système au fonctionnement complexe et régulier qui est ainsi adéquatement organisé pour une fonction d'intérêt collectif (ex. le "deus ex machina" grec et latin apportant la sagesse sur scène, la machine de l'univers, de l'État, de l'Administration) ou personnel (comme peut l'être l'adjuvance de l'intelligence artificielle).

En 2000 Lawrence Lessig a introduit l'adage juridique fondamental des nouvelles technologies (systémiques de machines digitales), universellement compris et accepté :

"code is law", le code source fait loi.


En fait, l'égalité est dans les deux sens : "law is code".

  • la loi décide des standards et du code.
  • et donc de la loi entre les machines que sont les protocoles standards.

L'on va donc pouvoir définir comme des "juriciels" les systémiques fonctionnelles de l'écosystème anthropobotique (des hommes et des machines) où la Justice sera précédée par une Gouvernance algorithmiqueintégrée. Cette Gouvernance algorithmique liée ou autonome devra être éthitechnique, c'est-à-dire participant à l'accomplissement esthétique de l'éthique humaine selon l'Engagement de Tunis pour une société qui soit :

"people centered, à caractère humain, centrada en la persona".


La difficulté est que le juriciel va pouvoir porter sur les modalités de pensée de l'adjuvance intellectuelle... Nous sommes là à une profondeur jusqu'ici jamais envisagée du Droit.

(à suivre ...)